SMOVENGO – SOUTIEN A MOURLAYE DOSSO

Velib Salariés jetables

Notre représentant de section syndicale chez est convoqué à un entretien pouvant aller jusqu’au licenciement jeudi 11 avril à 22 h sur le site d’Alfortville.
Le nouvel opérateur de Vélib : Smovengo, plutôt que de faire rouler ses vélos, s’acharne à écarter SUD/Solidaires implantée dans l’entreprise depuis son lancement en 2007, alors que les premières élections sous l’étiquette SMOVENGO sont prévues en juin prochain…

<=Cliquer sur l’Image pour lire l’intégral de notre communiqué et connaître les modalités du rassemblement de soutien durant cette entretien.

 

Cliquer sur le document PDF  pour connaître les revendications de la liste SUD INDUSTRIE FRANCILIEN pour les prochaines élections du CSE de Smovengo. =>

Le 5 FÉVRIER ON ARRÊTE TOUT

– Pour une augmentation des salaires et pensions .
– Pour la baisse de la TVA et la remise en place de l’ISF.
– Pour la réindustrialisation avec des filières au service de la population (planification démocratique) et des conditions sociales harmonisées par le haut pour les salariés.
– Embauches massives et immédiates en mettant en place la réduction du temps de travail et la retraite à 55 ans pour toutes et tous.

SEULE LA LUTTE PAYE

GRÈVE GÉNÉRALE le 5 FÉVRIER

PARTOUT POURSUIVONS LE COMBAT

EN DÉBATTANT ET DÉBRAYANT LES JOURS SUIVANTS

APPEL A PARTICIPER AUX ACTIONS DES GILETS JAUNES

De nombreux syndiqué-e-s membres de notre Union SUD industrie et sympathisants ont participé depuis le début aux différentes actions des « gilets jaunes », surtout en régions. Cette mobilisation inédite est avant tout celle d’une révolte populaire contre le pouvoir et le gouvernement en place, dont le prix de l’essence a servi de déclencheur à un mouvement spontané et auto-organisé. Cette colère légitime ne peut pas être balayée ni méprisée car elle repose sur la réalité quotidienne de millions de Citoyens qui souhaitent en finir avec un système injuste et dont l’arrogance des élites proclamées et l’accroissement des inégalités entre classes sociales alimentent ces mobilisations.

SUD industrie appelle l’ensemble des structures syndicales à participer à ces mobilisations

SEULE LA LUTTE PAYE

NISSAN SE DÉBARRASSE DE CARLOS GHOSN

Obsédé par la réduction des coûts « cost killer« , Il ne s’était pas embarrassé pour licencier des milliers de salariés de Michelin, puis de Nissan. Le rêve de puissance du PDG de RENAULT-NISSAN s’est arrêté aujourd’hui.

Le coup fatal est venu de l’intérieur même de son empire, et nous n’allons pas pleurer sur le sort d’un individu qui tout  en poussant des centaines de salariés au burn-out ne se gênait pas à chaque nouvelle assemblée des actionnaires de RENAULT de trouver un prétexte pour se servir encore plus grassement sur le dos de l’Entreprise.

<=Cliquer sur l’image pour lire le communiqué  de SUD RENAULT.